Article

Le diabète et l’hypoglycémie

NICOLAS BOURBOIN

Texte écrit par Nicolas Bourboin, pour Radio Public Santé, avec l'interview du Dr Huet, diabétologue.

S’il y a bien une stabilité difficile à trouver pour le patient diabétique, c’est celle de l’équilibre glycémique, car, si l’excès de sucre dans le sang doit être alarmant, son insuffisance doit également interpeller.

Diabète-hypoglycémie jeune-fille

L’incidence des épisodes d’hypoglycémie chez les personnes atteintes de diabète de type 1 et 2 a longtemps été minimisée. Or, il est désormais admis qu’il s’agit d’une complication fréquente de la maladie. Ainsi, plus de 95% des patients atteints d’un diabète de type 1 ont déjà présenté une hypoglycémie. Ce phénomène concerne également 64,2% des patients atteints d’un diabète de type 2 prenant des traitements hypoglycémiants.

 

Pour mieux comprendre les manifestations et les mécanismes des hypoglycémies, le Docteur Huet, diabétologue, revient sur la définition, les symptômes et les causes de ces situations.

En médecine, on parle généralement d’hypoglycémie en-dessous de 0.70 gramme de glucose par litre de sang chez le patient diabétique qui présente des symptômes. En cas d’absence de manifestation clinique, le seuil passe à 0.60 gramme. Toutefois, certains patients peuvent ressentir des signes bien avant ces seuils, aux alentours de 0.80 gramme de glucose par litre de sang.

La symptomatologie de l’hypoglycémie est complexe car les manifestations peuvent être nombreuses, et, prises individuellement, elles ne sont pas nécessairement caractéristiques de l’hypoglycémie. C’est souvent leur association qui doit alerter. Les symptômes les plus fréquents sont une sensation de faim, une transpiration anormale et excessive, des palpitations, des maux de tête et une vision qui se trouble. Il est également possible d’observer une pâleur et une fatigue extrême, des étourdissements et même, dans certains cas, des tremblements, des changements d’humeur ou une perte de connaissance. Tous ces signes correspondent à la mise en route par l’organisme de mécanismes compensateurs de la baisse du taux de sucre.

Des signaux très variés peuvent donc inciter à consulter et à en parler à son médecin ; d’autant que ces épisodes hypoglycémiques peuvent survenir à tout moment, au point de devenir handicapants comme le rapportent certains patients, évoquant notamment des difficultés à travailler le jour et des cauchemars la nuit.

 

Outre la reconnaissance des manifestations, mieux maîtriser ces situations passe également par la compréhension des mécanismes biologiques en jeu lors de ces épisodes. Pour y voir plus clair, le Docteur Huet nous explique le parcours du sucre dans notre organisme.

Si nous prenons l’exemple du sucre contenu dans le pain, lorsque nous mangeons un morceau de baguette, les sucres présents dans cette dernière sont absorbés par l’organisme, qui les transforme en glucose pendant la digestion. Afin qu’il soit utilisé comme carburant, le glucose doit passer dans le sang qui le conduit vers les cellules. La glycémie augmente, le pancréas libère de l’insuline et le glucose excédentaire est stocké dans le foie pour être utilisé plus tard. Chez le patient diabétique, ce système fonctionne mal. La glycémie varie parfois au cours de la journée, en fonction des repas et/ou du traitement qu’il reçoit. Un traitement mal ajusté ou des repas trop légers peuvent ainsi entraîner des hypoglycémies, sensations très inconfortables pour le patient dans sa vie de tous les jours. D’autres facteurs comme le stress, la consommation d’alcool et une activité physique intense ou prolongée peuvent entrer en ligne de compte.

Concernant la prise en charge de ces manifestations hypoglycémiques, lorsqu’un épisode survient, il est important de réagir dès les premiers symptômes pour l’écourter : cessez vos activités, asseyez-vous et prenez le temps de reprendre vos esprits.

Dans la plupart des cas, l’ingestion de 15 grammes de glucides permet de faire remonter la glycémie rapidement et donc de supprimer les symptômes. 15 grammes, c’est environ 3 sachets de sucre, à dissoudre dans de l’eau pour en faciliter l’absorption par l’organisme. Ce peut être aussi 15 mL de miel ou 15 grammes de comprimés de glucose. C’est ce qu’on appelle la règle des 15/15, c’est-à-dire 15 grammes de sucre puis un contrôle de la glycémie 15 minutes plus tard.

Enfin, il est important de ne pas rester seul face à ces épisodes qu’il faut dédramatiser. Maintenant que vous en connaissez les manifestations, parlez-en avec votre médecin qui vous aidera à mieux organiser vos activités journalières et votre traitement antidiabétique, afin de stabiliser votre glycémie. Parlez-en également à votre entourage pour le sensibiliser et qu’il puisse vous apporter son soutien.

 

Écoutez l'émission "Le diabète et l'hypoglycémie" diffusée sur Radio Public Santé en novembre 2018 :

suggestion d’articles

Hypoglycémies, de la nécessité d’en connaître les causes et d’en repérer les signes

L’importance et les complications des épisodes hypoglycémiques chez les patients diabétiques ont longtemps été sous-évaluées. Ils sont, aujourd’hui, mieux connus mais leur prise en charge doit s’améliorer.

"Comment je reconnais une hypoglycémie?"

Une hypoglycémie a lieu quand la glycémie à jeun est inférieure à 0,60 g/L (3,3 mmol/l).

L'hyperglycémie en question

Une hyperglycémie se caractérise par une glycémie supérieure à 1,26 g/l (7 mmol/l). À plus de 1,80 g/l, des signes caractéristiques peuvent se manifester.